L'électronique de commande complète du circuit N est, en fait, constitué de 2 parties :

- Le TCO, partie "émergée", qui a été décrite dans le précédent billet et qui comporte l'interface pour les pilotes (potentiomètres à glissière pour la vitesse, boutons de fonction et voyants, en bas et tableau de contrôle avec affichage des trains et commande des aiguilles, en haut).

Il contient également le générateur de signal DCC qui est envoyé au booster.

TCO1.jpg

- et le Contrôleur, partie "immergée" c'est à dire "sous le circuit", qui s'occupe de la commande réelle des aiguilles et de récupérer les informations des divers capteurs. Par la suite il commandera aussi les signaux tricolores et divers éclairages.

IMG_3358.jpg

Chacune de ces 2 parties est construite autour d'un Arduino Mega 2560 qui dispose de 54 ports et elles communiquent entre elles avec le protocole I2C.

TCO-global.jpg

La répartition des fonctions entre le TCO et le Contrôleur est la suivante :

- La lecture des clés d'aiguilles sur le TCO est transmise au Contrôleur qui positionne les aiguilles et rafraichit leurs positions toutes les 30 secondes.

- Le Contrôleur détecte les adresses RFID (donc les trains qui passent devant le capteur en sortie d'aiguilles) et les indications de tête et de queue de train lors des passages devant les capteurs IR. Il filtre également les "trous" entre wagons. Ces événements sont transmis au TCO qui en déduit la position des trains dans les cantons et affiche les numéros des trains sur les afficheurs 7 segments. La lecture des capteurs IR se fait selon le mode digital (0 ou 1) ou le mode analogique (0 à 9) pour permettre le "calibrage", c'est à dire l'alignement correct des capteurs IR.

- Le TCO génère les commandes DCC vers le booster à partir des positions des potentiomètres et des clés de direction. Puis il intègrera les détections des capteurs pour éviter les accidents, en simulant une gestion réelle de cantonnement.

- Le TCO gère quelques boutons de fonction, notamment le bouton de calibrage qui sert à basculer du mode digital au mode analogique pour les capteurs IR, et vice versa, ainsi que les commandes d'éclairage des trains.

- Le TCO évoluera notamment pour ajouter un mode de configuration des trains (association du train au capteur RFID, paramètres de longueur et coefficient de vitesse pour déterminer la vitesse du train en liaison avec le contrôleur, etc..)

- Le Contrôleur pilotera les signaux tricolores à partir des positions des aiguilles et des détections de passage des trains, sous contrôle du TCO qui lui communiquera les cantons libérés.


Le TCO et le Contrôleur gèrent donc des structures de données communes qui sont synchronisées par les échanges I2C.


Voici la version logicielle du 27/12/2013

TCO-Soft-b5