Ce nouveau billet introduit une nouvelle centrale destinée à assurer le mouvement d'un train entièrement automatique (mais avec un mode manuel tout de même !).

Le besoin est celui de tout club ayant à mettre un réseau ou un diorama en démonstration lors d'une exposition. 

Au moins un sous-ensemble du trafic doit être automatique pour permettre aux organisateurs de se consacrer pleinement aux visiteurs. Mais cela peut s'appliquer aussi à nos réseaux personnels. 

Il s'agit d'animer un train, une loco ou un autorail sur une voie indépendante, avec sa propre centrale. 


A partir du moment où il est facile de construire une petite centrale basée sur un module Arduino capable de générer un signal DCC vers un Booster relié à la voie, d'y ajouter quelques détecteurs de passage (infrarouge comme dans ce site ou détection de courant avec sortie adaptée à l'Arduino), et d'écrire les lignes de code d'un automatisme, le projet devient rapidement réalité. 


Voici le cahier des charges et les ingrédients nécessaires à la réalisation de cette centrale dont j'ai commencé la réalisation qui sera détaillée dans ce site :


__FONTIONNALITES__



Scénario : Sur une longueur de voie (paramètrable), une locomotive part d'une gare de départ en accélérant doucement, jusqu'à un palier de vitesse "avant", passe un premier détecteur de passage, circule à vitesse constante jusqu'à un deuxième détecteur, à partir duquel elle entame un ralentissement réaliste et une entrée en gare d'arrivée avec arrêt en douceur.

Après un temps d'arrêt, la locomotive repart en sens inverse et retourne à la gare de départ en marche arrière avec une vitesse "arrière" éventuellement différente.

Voici le genre de courbe de vitesse que j'ai voulu réaliser :

/public/courbedevitesse.jpg|Courbe De Vitesse||Courbe De Vitesse, mai 2014

Le cahier des charges

Pilotage d’une seule locomotive en mode DCC, 128 crans de vitesse.

  • L’adresse DCC est programmable.

  • Un écran LCD permet de visualiser et modifier les paramètres de fonctionnement.

  • Deux réglages de vitesse indépendants pour la marche avant et la marche arrière.
- en mode manuel, c’est la vitesse la plus grande qui impose le sens de la marche.
- en mode automatique, chaque sens dispose de sa propre vitesse
- en mode configuration, les valeurs de 0 à 128 sont obtenues par l’addition de la rotation des 2 boutons

  • Un commutateur permet la mise en ou hors service de l’éclairage de la locomotive.

  • Un commutateur permet le choix entre le pilotage manuel ou le Va-et-Vient automatique.

  • Un bouton poussoir « MODE » permet de choisir parmi 3 affichages et 10 écrans de configuration.

  • 3 Leds visualisent la marche du train :
        - vert : marche avant
        - rouge : arrêt. Cette Led s’allume aussi au passage du train devant un capteur IR
        - jaune : marche arrière

  • 3 Leds visualisent le fonctionnement de la centrale
       - vert : présence tension si une alimentation 12 à 15 V est raccordée et en service
       - rouge : aucun courant n’est envoyé aux rails (arrêt du Booster)
       - jaune (une paire de leds, une pour chaque sens de la polarité) : visualise la tension sur les rails

  •  Un commutateur Arrêt/Marche allume la centrale qui démarre une séquence d’initiatisation.

  • Un commutateur d’alimentation des rails autorise l’envoi du courant DCC sur les rails (il est recommandé de couper l’alimentation DCC des rails avant d’installer ou retirer une loco).


 Les ingrédients


Vu le faible nombre de ports nécessaires, j'ai choisi un Arduino Nano.


 et le traditionnel booster LMD18200


ainsi que mes barrières à détecteurs infrarouge bien aimées


 * Un petit réseau d'essais


avec deux capteurs délimitant les zones de gare de départ et d'arrivée




 * J'ai ajouté un afficheur LCD, de 2 lignes de 16 caractères rétro-éclairé et équipé d'une interface série connectée à TX, +5 et Gnd

 La centrale prend cette forme là :



A suivre...